Conclusion

On a étudié tout d'abord les caractéristiques de cette "aura de force véloce" qui protège Flash lors de ses déplacements particuliers. Cette étude a abouti dans un résultat qui ne serait pas du tout envisageable en ce qui concerne les technologies de l'actualité: il n'existe aucun matériel qui soit à la fois léger et qui puisse résister une masse de 16 T... En deuxième lieu, nous avons cherché à découvrir comment évoluait le champ visuel de notre superhéros à une si grande vitesse. Suite à 3 modélisations, augmentant chaque fois d'1 degré la fonction, nous nous sommes approchés, tout ce que permettaient nos connaissances mathématiques, d'un phénomène vraisemblable. Finalement, nous avons culminé le tout avec une interview à Étienne Klein, un physicien- théoricien expert dans le domaine de l'espace-temps. Après le passionnant entretien, beaucoup de vérités scientifiques semblent se cerner sur Flash. D'un côté, il est complètement impossible d'après les lois de la physique de se déplacer à la vitesse de la lumière, et encore moins, de la dépasser (ce qu'il fait sans problème dans une de ses aventures). De plus, un des "leitmotiv" de la série, le voyage dans le temps, est très loin d'une réalité scientifique puisqu' " il ne peut pas voyager dans son temps propre [mais]  dans le temps propre d’autres observateurs" (É.Klein).
On a donc affaire, manifestement, à une base scientifique, qui nous a permis de développer une démarche dans divers domaines de la science. Mais on peut cependant constater que le réalisme scientifique est rudement laissé de côté pour faire face a la voracité imaginative du grand public.

 

 

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×